Les pertes blanches

2 novembre 2017

Les sécrétions blanchâtres vaginales chez les femmes, dénommées plus communément “Pertes blanches”, ou leucorrhées physiologiques dans le langage médical, alertent bien souvent de nombreuses femmes qui se demandent alors, s’il faut s’inquiéter de ce phénomène de “pertes blanches” ?

Pour déterminer les pertes blanches dites normales et celles qui ne le sont pas, voici quelques éléments qui aideront les femmes à mieux s’y retrouver et à mieux s’informer sur ces fameuses pertes blanches vaginales…

femme-culotte-perte-blanche

Les pertes blanches vaginales, faut-il s’alarmer ?

Toutes les femmes connaissent les pertes blanches et, selon les femmes, ces pertes sont plus ou moins abondantes. Bien souvent, ce phénomène inquiète et/ou gêne les femmes.
Comment parler de pertes blanches dites normales ou anormales ? Tout commence par définir ce qu’est une perte blanche…

Une perte blanche c’est quoi exactement ?

Une perte blanche est produite par le vagin. Sur le plan médical elle est qualifiée de leucorrhée physiologique, elle est un phénomène tout à fait normal qui intervient chez la femme au moment de la puberté et souvent avant le début des règles. Ce phénomène disparaît à la ménopause. Les pertes blanches sont donc directement liées aux fonctionnements hormonaux. Les pertes blanches qui apparaissent ainsi lors de l’activité génitale de la femme sont donc, d’un point de vue fonctionnement physiologique, tout à fait normales !

Ainsi, ces pertes blanches vaginales qui surviennent chez les femmes, le plus souvent en période d’activité génitale sont tout à fait normales. Ces sécrétions blanchâtres produites par le vagin ne doivent donc pas inciter, dans un premier, une inquiétude quelconque, bien au contraire, ce sont les signes d’un bon fonctionnement vaginal. Ainsi, lorsqu’elles ne produisent pas d’inconfort, il n’est pas nécessaire de s’alarmer.

Par contre, si les pertes blanches changent de couleur, si elles sont responsables de démangeaisons ou d’irritations, voir même de brûlures, si elles présentent une odeur désagréable, alors effectivement, dans ces conditions, il convient de s’alarmer, car tous ces signes peuvent être synonymes d’infection.

A retenir que les premiers signes d’alerte restent surtout de désagréables pertes blanches odorantes.

Que sont les pertes blanches vaginales normales ?

Les pertes blanches sont tout à fait normales lorsqu’elles sont transparentes, fluides et inodores. L’apparence se distingue d’une ressemblance avec le blanc d’œuf cru.

Ces pertes blanches comptent énormément dans tous les fonctionnements hormonaux d’une femme et pour la fertilité car elles favorisent et guident la remontée des spermatozoïdes.

Les pertes blanches sont produites par le vagin, à la fois par la sueur et les cellules vaginales, plus précisément par les cellules du col de l’utérus, on les appelle aussi les glaires cervicales. Ces glaires représentent ce mucus de texture un peu collante qui est ainsi produit par les cellules du col de l’utérus.

Lors d’une excitation sexuelle, ces pertes vaginales interviennent également et sont également le signe du bon fonctionnement vaginal et d’une bonne santé sexuelle, il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter, elles humidifient le vagin et jouent un rôle essentiel dans les rapports sexuels, elles sont plus ou moins abondantes selon les femmes, dans ces conditions précises, elles apportent également et paradoxalement plus de confort !

Les pertes blanches jouent un rôle dans la propreté et l’humidité du vagin, dans la lubrification du vagin lors des rapports sexuels, elles jouent donc un rôle essentiel dans la constitution normale de la physionomie féminine.

Pour ce qui concerne le volume des pertes blanches, celui-ci varie d’une femme à l’autre.
Selon les cas, les pertes peuvent parfois être abondantes chez certaines femmes et, encore une fois, cela est normal.
Durant la puberté, les pertes seront souvent de plus en plus abondantes, cela est lié au travail des ovaires qui fabriquent les hormones sexuelles qui augmentent sans cesse. Pendant une grossesse, là encore, à cause des perturbations hormonales, il n’est pas rare qu’une femme produise ainsi de nombreuses pertes blanches. Lors d’une excitation sexuelle, la production est abondante et cela est normal !

En conclusion, l’aspect normal des pertes blanches se traduit donc de sécrétions vaginales blanches et transparentes, aqueuses et un peu collantes, notamment en fin de cycle menstruel.
Elles peuvent être pâteuses ou épaisses et le plus souvent sont sans odeur, si ce n’est une odeur très légère propre à la zone vulvo-vaginale.

premières-règles

Les pertes blanches anormales ?

Le premier signe des pertes blanches anormales est lié à l’odeur. Quand il existe une odeur désagréable, qu’il y a aussi et bien souvent des démangeaisons ou des sensations de brûlures, quand on constate une couleur ou une consistance plus soutenue, des tons de jaune ou de vert, voir des traces de sang en dehors des règles, dans ces cas-là, il vaut mieux consulter car les risques d’infection peuvent être envisagés.

Les causes d’infection sont multiples, cela peut provenir d’un traitement médical, d’un produit d’hygiène, d’un rapport sexuel…

Le médecin peut diagnostiquer soit une mycose vaginale, une vaginose bactérienne, une vaginite à trichomonas ou une chlamydia qui sont des infections sexuellement transmises, une cervicite qui est l’inflammation du col de l’utérus, une vulvo-vaginite qui est une inflammation ou une infection de la vulve et du vagin.

Ainsi, dans le moindre doute, il est conseillé de consulter son médecin qui saura adapter le traitement nécessaire pour retrouver au plus vite un meilleur confort.

Les pertes blanches, chez les femmes, sont donc tout à fait normales et les signes qui permettent de pouvoir s’alarmer sont assez faciles à détecter.
Pour retrouver un bon confort et une hygiène rassurante, tous les traitements sont disponibles, à ce titre, au moindre doute il suffit juste de consulter !

Click here to add a comment

Leave a comment: