Dans quel cas utiliser un défibrillateur

Le défibrillateur est un appareil généralement utilisé lorsque le pronostic vital d’une personne est engagé. En d’autres termes, l’usage de cet appareil est envisagé lorsqu’une personne ne présente plus de signes de vie apparents. Avant d’utiliser un de ces équipements, il y’a un minimum à savoir sur leur manipulation et les conditions requérant leur usage. Comment détecter qu’une personne a besoin d’une défibrillation ? Quels gestes poser avant d’enclencher l’appareil ? 

Identifier les signes d’un arrêt cardiaque

Comment reconnaître un arrêt cardiaque et le différencier de tout autre malaise ? Premièrement, ce qu’il faut savoir, c’est que la personne ne respirera plus. Il ne s’agira pas d’un ralentissement du rythme respiratoire, mais bel et bien d’une absence de respiration. Vous pourrez le vérifier en prenant le pouls ou en vérifiant les inspirations nasales. Vous pouvez également essayer de la secouer par les épaules ou de lui parler. Si vous n’obtenez aucune réponse suite à ces différents stimuli alors, il s’agira probablement d’un arrêt cardiaque et une défibrillation devra être rapidement amorcée. Pour plus d’informations sur les défibrillateurs cardiaques, il est nécessaire de suivre une petite formation en technique de premier secours.

Avoir la formation requise

Les défibrillateurs ont été installés dans de nombreux points publics pour faciliter l’accès aux premiers soins et favoriser la survie des personnes en cas d’arrêt cardiaque avéré. En situation d’arrêt cardiaque, il faut agir vite pour sauver la personne en détresse. Il est donc peu probable que vous ayez le temps de lire le mode d’emploi. Il est alors important de suivre une formation en technique de premier secours pour vous préparer à toutes les éventualités. Vous pourrez y découvrir les gestes qui sauvent et comment les pratiquer. De plus, vous saurez également comment vous servir d’un défibrillateur et comment pratiquer le massage cardiaque après la défibrillation. En utilisant ces deux techniques l’une après l’autre les chances de survie des personnes souffrantes sont plus grandes.

Leave a Reply 0 comments

Leave a Reply: